Inauguration d’un wagon souvenir au Camp des Milles (G.S.) - Pertuisien.fr, la vie à Pertuis (84)


Inauguration d’un wagon souvenir au Camp des Milles (G.S.)





Bonjour,

Lundi 21 septembre 2015 a été marqué par l’inauguration d’un Wagon souvenir d’époque au Camp des Milles:

J’ai ainsi emprunté le Communiqué de presse reçu d’Odile BOYER, Directrice Adjointe du Site-Mémorial du CAMP DES MILLES et ajouté le discours que je viens de recevoir de Gaëlle LENFANT ...

Ce wagon a été restauré à l’initiative du Comité d’Etablissement régional de la SNCF en présence de nombreux officiels, d’anciens internés et déportés, de résistants mais aussi de jeunes gens, collégiens (Collège Longchamp à Marseille et du Lycée Militaire d’Aix-en-Provence D.R) et apprentis, illustrant l’importance du devoir de mémoire et de transmission.

La restauration a été rendue possible par l’action des syndicalistes du CE mais aussi par le soutien de la SNCF, de la Région PACA et de la cheminote et ex-Sénatrice Isabelle PASQUET.

- A cette occasion, Gaëlle LENFANT, Vice-Présidente de la Région (PS), a rappelé que ce Wagon était « le symbole d’un passé odieux, d’une amnésie rampante, d’une mémoire trop longtemps occultée mais aujourd’hui mise en exergue par la Fondation du Camp des Milles pour la transmission aux jeunes générations ».

- Francisco MURILLO, Secrétaire du Comité d’Etablissement régional de la SNCF a souligné l’engagement des cheminots dans la restauration de ce wagon installé sur les lieux même du départ de plus de 2000 hommes, femmes et enfants juifs vers Auschwitz. Il s’est déclaré convaincu que « le devoir de mémoire est un élément d’éveil des consciences contribuant à comprendre le présent sur la base de notre histoire afin de pouvoir inventer l’avenir »

- L’allocution de M. Sébastien VINCENT de la Direction Régionale SNCF Provence-Alpes-Côte d’Azur, en lieu et place de M. Bernard EMSELLEM, devant représenter M. Guillaume PéPY, Président de la SNCF, a insisté, à son tour, sur l’importance de l’éducation citoyenne : « L’éducation est notre responsabilité dernière, irréductible. L’éducation est un rempart contre l'ignorance, contre l'indifférence, contre la haine de l’autre, contre le racisme et l'antisémitisme. Ce rempart doit être constamment consolidé. Et c'est plus que jamais un devoir impérieux. »

- Les mots d’Isabelle PASQUET, cheminote et ancienne Sénatrice des Bouches-du-Rhône (PC) ont clôturé les allocutions : « Ne relâchons pas nos efforts pour nous rassembler au-delà de nos différences, de nos religions, de nos choix philosophiques ou politiques, pour crier plus jamais ça ».

Cette cérémonie s’est terminée avec la lecture émouvante par des jeunes collégiens marseillais de la centaine de noms des enfants et adolescents déportés vers Auschwitz de ce lieu même, mais aussi des noms des « Justes parmi les Nations » ayant œuvré auprès des internés du Camp des Milles, donnant l’exemple de courage et de l’humanité.

- Ce lundi, comme chaque 21 septembre, on a célébré la Journée internationale de la Paix.

Cependant, lorsqu’on voit l’état du monde et la multiplication des conflits, on est en droit de se demander si cet objectif, défini par l’ONU, n’est pas un vœu pieux dénué de toute perspective réaliste, malgré les efforts déployés ...

Nous devons tous nous ressaisir !

Bien à vous,

Gilbert SOULET

Le Camp des Milles est le seul grand camp français d'internement et de déportation encore intact et accessible au public. Il vit passer 10 000 internés de 38 nationalités dont de nombreux artistes et intellectuels comme Max Ernst ou Hans Bellmer, des hommes politiques, des journalistes... Son histoire témoigne des intolérances successives, xénophobe, idéologique et antisémite qui conduisirent à la déportation de plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs depuis le Camp des Milles vers le camp d'extermination d'Auschwitz via Drancy.

Ils faisaient partie des 10 000 juifs de la zone dite "libre" qui, avant même l'occupation de cette zone, ont été livrés aux nazis par le gouvernement de Vichy, puis assassinés dans le cadre de la "Solution finale".

L’ambition du Site-mémorial du Camp des Milles est de rappeler l’histoire tragique dont témoigne le Camp des Milles et de s’appuyer sur l’histoire de la Shoah et d’autres génocides, pour présenter un « volet réflexif » inédit visant à renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur face aux menaces permanentes du racisme, de l’antisémitisme, de l’intolérance et du fanatisme. Contribuant ainsi hautement aux valeurs humanistes de respect, de dignité et de solidarité, il constitue, par les médiations utilisées, une réalisation pédagogique unique au monde sur un lieu de mémoire, aujourd’hui reconnue par l’Unesco.

Les expositions permanentes du Site-mémorial sont organisées, selon le parcours muséographique suivant :

- Le Volet historique présente l’histoire des trois grandes périodes du Camp des Milles entre 1939 et 1942, replacé dans son contexte local, national et européen ; des bornes audiovisuelles reconstituent les destins individuels d’internés célèbres ou inconnus ; d’autres présentent le récit de témoins de cette époque.

- Le Volet mémoriel permet la visite, émouvante, des lieux historiques laissés en l’état. L’immense « four à tuiles » baptisé Die Katakombe par les internés qui en firent un lieu de création artistique constitue l’un des temps forts de la visite avec les espaces où s’entassaient les internés dans les étages.

- Le Volet réflexif présente, pour la première fois sur un lieu de mémoire, des connaissances scientifiques pluridisciplinaires qui permettent au visiteur de mieux comprendre les engrenages et les mécanismes humains récurrents (préjugés, passivité, soumission aveugle à l’autorité…) qui ont conduit et peuvent conduire au pire. Il s’agit ainsi de donner au visiteur des outils de réflexion sur la responsabilité de chacun dans une « montée des périls ».

Cette section « réflexive » se termine par un « Mur des actes justes », mur présentant la diversité des actes de sauvetage et de résistances aux quatre grands crimes à caractères génocidaires du XXe siècle, contre les Arméniens, les Juifs, les Tsiganes et les Tutsis au Rwanda. Un hommage, et une invitation à la responsabilité individuelle.

Le visiteur peut aussi découvrir l’exposition nationale de Serge Klarsfeld sur les « 11 400 enfants juifs déportés de France à Auschwitz » réalisée par l'Association des fils et filles des déportés juifs de France. Il s’agit d’une collection exceptionnelle de documents rares présentée de manière permanente dans les lieux. Cette exposition prend un relief particulier alors que du camp des Milles furent déportés une centaine d’enfants à partir de l’âge de un an.

Cette exposition est complétée par celle de l’OSE "Sauver les Enfants" : 1938-1945

Après sa sortie du bâtiment principal, le visiteur accède à une « Salle des peintures » où se trouvent d’immenses peintures murales colorées et ironiques, réalisées par les internés.

Le Chemin des Déportés, emprunté à l’été 1942 par plus de 2000 hommes, femmes et enfants juifs conduit enfin au Wagon du Souvenir situé à l’endroit même du départ pour la déportation.

Principaux partenaires publics, privés et associatifs de la Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Éducation :

Ministères de la Culture, de l’Education nationale de l’Intérieur et de la Défense, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Département des Bouches-du-Rhône, Communauté du Pays d’Aix, Ville d’Aix-en-Provence, Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Mémorial de la Shoah, CRIF, Association des Fils et Filles des déportés juifs de France, Association du Wagon-souvenir (regroupant l’ensemble des associations locales d’anciens résistants, internés et déportés), Groupe Lafarge, rejoints par la Communauté Urbaine de Marseille, la Ville de Marseille, la Fondation d’Entreprise Ecureuil, France Télécom, Axa, la SNCF, La Fondation d’entreprise EDF, la Fondation d’entreprise Crédit Agricole PACA, Sunmedia et le Groupe Alteor.













































ALBUM COMPLET GRAND FORMAT - PETIT FORMAT - DIAPORAMA


Date de publication ou de dernière modification : le 22-09-2015 à 11h - Page consultée 2060 fois

Erreur, oubli, suggestion : écrire au webmaster (pertuisien@gmail.com)

Clauses de non responsabilité. A l'exception des titres, rédigés par le webmaster, les articles signés publiés ici n'engagent que la responsabilité de leur auteur. Par ailleurs, Pertuisien.fr n'entend pas se substituer à la presse ou aux autorités en matière d'information et décline toute responsabilité en cas d'omission importante ou d'erreurs relayées sur cette page.

Avertissement : certaines illustrations reprises ci-dessus peuvent faire l'objet d'un droit d'auteur

Copyright ©2019 LePertuisien.fr - Eric Vermeesch - Reproductions autorisées moyennant citation de la source.